samedi 9 mars 2013

Il s'en passe des choses à Paris !

Quel plaisir d'avoir pu pique-niquer (on est passé dans un super traiteur italien) dans un parc et prendre un bain de soleil avec A. Je résiste à la tentation de semer des graines dans la baignoire qui me sert de "jardin". Je sais que de la neige est prévue pour la semaine prochaine.

Cela dit, c'est bientôt le printemps pour de vrai, et pour fêter ça je participe le 30 et 31 mars au Printemps des créateurs à Paris.


D'ici là, j'ai assez de pièces dans l'atelier (les miennes et celles des élèves) pour faire deux ou trois cuissons de pièces émaillées. Youpi ! C'est toujours Noël quand on ouvre le four après une cuisson, même au printemps !

Cookie jar & vase mural récemment sortis du four

Si vous êtes à Paris, j'espère que vous aurez non seulement le temps de venir me saluer au Printemps des créateurs, mais aussi de voir deux expos, le Festival de Céramique et l'expo VanGogh/Hiroshige.

Le Festival de Céramique a lieu tous les ans dans le 11e (cette année, du 12-14 avril) et c'est l'occasion de voir une grande variété de styles et de techniques. On trouve de la porcelaine, du grès chamotté, des pièces rustiques cuites au four à bois, des pièces très lisses couvertes de formes cristallines qui n'apparaissent qu'à des températures précises.... Cette année, si j'en ai les moyens, je vais m'offrir un objet de la Poterie de la Genevraye.

Les expos Van Gogh et Hiroshige valent le déplacement aussi. Ce sont deux expos liées, ouvertes jusqu'au 17 mars à la Pinacothèque - il faut se dépêcher !
Apparemment, Van Gogh a été un admirateur de Hiroshige et le musée cherche à exposer des liens directs entre les tableaux de Van Gogh et certaines estampes japonaises. Avec M. qui m'a accompagné, on avait du mal à imaginer Van Gogh en train de "copier" des Hiroshigé, car les tableaux de Van Gogh sont très particulier, rien à voir avec les Hiroshige. Cela dit, pour moi, il était intéressant de voir les estampes juxtaposés avec les tableaux et de lire des extraits de courriers écrits par Van Gogh dans lesquels il parlait des estampes et du japon. Ma citation préférée c'était, "Alors, pourquoi ne pas partir dans un pays qui sera notre Japon, dans le Midi ?" Ha ha ! Partons sur le champ manger des okonomiyakis à Arles !
Peu importe le rapport avec le Japon, ce qui m'a le plus plu c'était le fait de regarder des tableaux de Van Gogh. Quelle lumière !! C'est très rare qu'un peintre me donne l'impression de participer à un moment, mais c'est le cas avec Van Gogh. Pour certains œuvres d'art (parfois même en poterie), la photo me suffit, mais pour Van Gogh ce n'est pas le cas; l'effet est beaucoup plus fort face aux tableaux. Ce qui ne m’empêche pas de vous mettre une photo quand même :)

Il se permet de faire des troncs d'arbres avec des couleurs 
qui n'ont rien à voir avec la réalité - et ça marche !

L'expo Hiroshige est très différente. Après la folie de Van Gogh, on a l'impression de voir des photos, des cartes postales. Normal : à l'époque les estampes servait de cartes postales et d'illustrations dans des guides de voyage. Mais quand on les regarde pour de vrai, ça n'a rien à voir avec de simples clichés.

Les couleurs dépassent la réalité

Le mont Fuji dépasse le cadre. Ciel en dégradé. Neige. Grues.


J'ai trouvé ces images grâce à ce site. Si vous n'avez pas le temps d'aller voir l'expo, je vous encourage à visiter le site, qui présente les estampes créées pour illustrer la route Tokaido. On y trouve même la carte avec  les étapes de la route et leurs estampes correspondantes. Toutes les estampes de l'expo à la Pinacothèque sont également richement annotées, nous permettant de voyager dans le temps et l'espace.

...

Quoi !
Vous êtes toujours là en train de lire ?
Allez ouste, au musée !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire